3 years ago

Chimioradiothérapie préopératoire délivrée par tomothérapie hélicoïdale et boost simultané intégré avec guidage par l’image quotidien pour les patients atteints d’un cancer du rectum localement évolué : étude monocentrique

B. De Bari, S. El Chammah, A. Saidi, A. Durham, B. Pichon, D. Hahnloser, M. Montemurro, M. Zeverino, J. Bourhis, M. Ozsahin

Publication date: October 2018

Source: Cancer/Radiothérapie, Volume 22, Issues 6–7

Author(s): B. De Bari, S. El Chammah, A. Saidi, A. Durham, B. Pichon, D. Hahnloser, M. Montemurro, M. Zeverino, J. Bourhis, M. Ozsahin

Objectif de l’étude Nous présentons l’analyse rétrospective d’une cohorte de patients atteints d’un cancer du rectum localement évolué pris en charge par chimioradiothérapie délivrée avec la tomothérapie hélicoïdale, par une technique de simultaneous integrated boost (SIB) et un contrôle quotidien de la position du patient, suivie par une chirurgie.

Matériel et méthode

Quatre-vingt-six patients ont reçu 45 Gy (1,8 Gy par fraction) au niveau du rectum, du mésorectum et des ganglions de drainage pelviens (présacrés, iliaques internes et obturateurs jusqu’à L5-S1), délivrés avec un SIB jusqu’à la dose totale de 50 Gy (2 Gy par fraction) dans le volume tumoral macroscopique (GTV) rectal et ganglionnaire, et avec une chimiothérapie concomitante (capécitabine, 825 mg/m2, deux fois par jour). La marge entre les volumes cibles anatomoclinique et prévisionnel (CTV-PTV) a été de 5 mm pour les deux volumes. Tous les patients ont été opérés après la chimioradiothérapie (résection R0 : 84/86 patients). Quarante-cinq patients ont reçu une chimiothérapie adjuvante. Le degré de régression tumorale (TRG) a été évalué avec le score de Mandard.

Résultats

Le temps de suivi médian était de 54 mois (extrêmes : 4–91 mois). Trois et six patients ont souffert, respectivement, d’une toxicité de grade 3 ou plus aiguë ou tardive. Vingt et un pour cent et 30 % des patients étaient, respectivement, en situation de réponse pathologique complète (TRG = 1) ou quasi complète. Les taux de contrôle local, de survie globale, et de survie sans rechute à 5 ans étaient, respectivement, de 78 %, 84 % et 66 %. Les patients avec un TRG 1–2 avaient des meilleurs taux de contrôle local (94 % contre 78 %, p = 0,01) et de survie globale (94 % contre 33 %, p < 0,001).

Conclusion

Un SIB délivré avec une tomothérapie et un contrôle quotidien de la position du patient est bien toléré et efficace. Un TRG 1–2 après la chimioradiothérapie est un facteur pronostique de contrôle local et de survie globale.

You might also like
Discover & Discuss Important Research

Keeping up-to-date with research can feel impossible, with papers being published faster than you'll ever be able to read them. That's where Researcher comes in: we're simplifying discovery and making important discussions happen. With over 19,000 sources, including peer-reviewed journals, preprints, blogs, universities, podcasts and Live events across 10 research areas, you'll never miss what's important to you. It's like social media, but better. Oh, and we should mention - it's free.

  • Download from Google Play
  • Download from App Store
  • Download from AppInChina

Researcher displays publicly available abstracts and doesn’t host any full article content. If the content is open access, we will direct clicks from the abstracts to the publisher website and display the PDF copy on our platform. Clicks to view the full text will be directed to the publisher website, where only users with subscriptions or access through their institution are able to view the full article.